Numeric-basic - accueil
ANALOGIQUE OU NUMÉRIQUE
 
Bienvenue dans un monde numérique ! Derrière cette affirmation positive et accueillante, que vous avez sans doute déjà lue ou entendue dans les médias, se cache sans doute pour vous une question. Qu’est ce que le numérique ? En effet, la question est d’importance, et ce à plusieurs niveaux. Il faut que vous gardiez présent à l’esprit que les répercussions de l’évolution d’un monde analogique vers un monde numérique sont considérables et vont à termes transformer les bases de notre société, bien plus profondément que n’a pue le faire en son temps la révolution industrielle au 19e siècle. Cet aspect passionnant fera l’objet d’un futur article de numeric basic. À un autre niveau, qui nous occupe plus directement ici, l’arrivée du numérique dans nos vies par le biais des ordinateurs (entre autres) est certainement en grande partie la cause des difficultés que la plupart des débutants rencontrent en essayant de se familiariser avec l’informatique, pourquoi ? Comme nous l’avons déjà dit et répété, vous ne devez percevoir l’ordinateur que comme un outil sophistiqué et ne pas en avoir peur. Néanmoins, cet outil est extrêmement puissant et nous ouvrira des portes vers des mondes encore jamais entrevus auparavant, parce qu’il évolue dans le « monde numérique ».
 
Petite mise au point, qu’est ce que le numérique et, par opposition, qu’est ce que l’analogique ?
 
L’analogique vous connaissez, mais peut-être sans le savoir. La perception de notre environnement se fait sur un mode analogique. Par exemple quand vous prenez votre température en utilisant un thermomètre à mercure, vous effectuez une mesure analogique. Que ce passe-t-il alors, votre corps donne au thermomètre une information en lui transmettant sa chaleur, celui-ci la transmet à son tour au mercure qu’il contient. Le mercure ayant été choisi pour sa capacité à se dilater fortement à des températures relativement faibles va se répandre dans le petit espace qui lui est réservé. Son volume change et évolue donc analogiquement à la température de votre corps. Comme ce phénomène à été pré-calculé, une graduation en degrés Celsius  a été installé en regard du niveau de mercure. Ainsi on peut mettre en parallèle une chaleur X avec un volume de mercure Y, et obtenir au final une température Z. la douleur même que vous percevez de votre fièvre est une perception analogique. Dans un mode numérique les données analogiques obtenues sont converties en données chiffrées afin d’être plus faciles à lire, analyser et archiver. C’est ce qui se passe si vous utilisez un thermomètre à affichage digital. Dans ce cas, la captation de la chaleur de votre corps est toujours analogique, mais l’information donnée par le capteur est traduite en code chiffré : 38,26 °c. Le résultat est plus lisible et semble plus précis. En réalité il est beaucoup moins précis. Si vous regardiez votre thermomètre à mercure avec une loupe, vous verriez que celui-ci ne vous donne pas 38,26°c mais quelque chose entre 38,26°c et 38,27°c. En effet, la dilatation du mercure n’est pas graduée mais progressive, Elle donne en réalité toutes les nuances de degrés avec une infinité de chiffres après la virgule. Or cette précision nous importe peu, elle n’est d’ailleurs pas le reflet de la précision du thermomètre qui peu être décalé d’un degré tout en semblant fonctionner correctement. Que feriez-vous d’une mesure comme celle là : 38,2629617514°c ? Cette mesure à donc été échantillonnée et simplifiée. Alors me direz-vous le monde numérique est donc un monde appauvrit ou la perception est réduite à sa plus simple expression ? Ce n’est pas faux mais cette nouvelle méthode à aussi des avantages sur l’ancienne, car les données ne sont plus altérables. En effet si vous essayez de transmettre la température mesurée par votre thermomètre à un autre, la nouvelle mesure sera différente car le premier thermomètre aura perdu de sa chaleur au moment du transfert et ainsi de suite. Cela n’est pas très utile dans le cas d’un thermomètre, mais prenez le cas d’un livre. Nous avons tous photocopié des pages de livre ou de magazine, nous avons tous aussi photocopié des photocopies de photocopies et constaté qu’à chaque génération se perdaient des informations jusqu’à arrivé à une version illisible du document, cette pratique est analogique. Si vous appliqué la même technique à un documents texte sur votre ordinateur, en le dupliquant plusieurs fois sur votre disque dur vous pourrez constater avec bonheur que la dernière copie n’a pris aucune ride par rapport à l’original. Mieux encore, toutes les copies sont en fait des originaux...
 
L’écriture est d’ailleurs un exemple intéressant à développer, car il s’agit de l’une des premières manifestations du numérique (elle est pourtant millénaire). « En 1815, M. Charles-François-Bienvenu Myriel était évêque de Digne. C’était un vieillard d’environ soixante-quinze ans. Il occupait le siège de Digne depuis 1806. » Ainsi commence Les Misérables de Victor Hugo. C’est exactement comme cela qu’il a rédigé les premières lignes de son roman, pourtant quand vous les lisez c’est votre voix que vous entendez et non la sienne. Votre cerveau, qui connaît le même code que Victor Hugo, la langue française, reproduit pour vous la parole de l’auteur avec une parfaite fidélité dans les intentions mais une totale absence des intonations. Le message de l’auteur a donc été partiellement simplifié, mais il a aussi été figé dans état qui n’a pas vieillit depuis que Victor Hugo a mis la dernière main à son roman et a ainsi pu être reproduit à l’infini sans être jamais altéré. Le numérique a cependant une carte à jouer importante pour être encore plus séduisant. L’appauvrissement de l’information dont nous venons de parler, n’est pas une fatalité. En effet, si le codage numérique ne retranscrit qu’une partie de la réalité qu’il décrit, il n’y a, en revanche, pas de limite à l’augmentation de la finesse de la description. Rien n’empêchait, Victor Hugo, d’ajouter une infinité d’annotations à son texte nous permettant de connaître le ton à employer en lisant le timbre et la hauteur de voix à utiliser, la vitesse de lecture, etc. Cela se fait en partie dans les textes de théâtre qui intègrent en marge des précisions permettant aux comédiens de suivre plus précisément les intentions de l’auteur. Mais Victor Hugo s’est abstenu de cette valeur ajoutée, il a estimé (à juste titre) que la force de son récit suffisait à transporter le lecteur sans qu’il soit nécessaire de l’alourdir de détails plus encombrants qu’utiles. En fait ce que cette expérience révèle, c’est que la richesse des données numériques peut être librement adaptée selon nos besoins.
 
Donc, ce qu’il faut retenir de cette comparaison entre analogique et numérique, c’est que l’analogique consiste à reproduire une réalité en en prenant une empreinte aussi fidèle que possible mais qui ne sera jamais exempte de défauts, alors que le numérique consiste à utiliser un code permettant de redécrire une réalité de manière nécessairement incomplète, mais beaucoup stable et reproductible.
Pour revenir à la motivation première de cet article, pour comprendre votre ordinateur, il faut donc que vous gardiez à l’esprit que celui-ci ne contient rien des informations que vous croyez lui avoir confié. Il ne contient pas vos musiques préférées ni vos plus belles photos ni vos meilleurs poèmes écrits un soir d’inspiration. Mais rassurez vous il conserve précieusement le code complexe qui lui permettra de les recréer devant vos yeux aussi souvent que vous lui demanderez. Cette étape dans la compréhension du fonctionnement d’un ordinateur n’est évidemment pas indispensable à son utilisation, mais elle vous permettra d’avancer considérablement et de rendre vos progrès futurs beaucoup plus simples et intuitifs. Elle vous aidera aussi à mieux appréhender les futurs défis technologiques et souvent éthiques auxquels notre société ne cessera d’être confrontée dans les années à venir.
 
Vous trouverez sur le site de « numeric-basic » d’autres articles vous permettant de mieux vous familiariser avec cette notion de code numérique, notamment dans la section « Un monde numérique ».
Numeric-basic - contactez-nous
Numeric-basic - actualité
Numeric-basic - un ordinateur des usages
Numeric-basic - un monde numérique
Numeric-basic - numeric-basic et moi